A faire en été > Sport et loisirs > Sentiers didactiques > Parcours Historiques > Parcours historique de Vissoie > Poste 9. Tour d’Anniviers

Poste 9. Tour d’Anniviers

Au XIIIe siècle, la Tour d’Anniviers, aussi appelée « Tour de l’Evêque » ou « Cour Neuve », faisait partie d’un complexe de maisons contiguës en pierre, situées dans le bourg de Vissoie.
Ces maisons formaient une sorte de forteresse dont la tour constituait le donjon. En ce temps-là, elle ne comprenait que trois niveaux.

   Plan du Parcours Historique de Vissoie

En 1235, l’évêque inféoda le bourg, aussi appelé castrum, aux seigneurs d’Anniviers. En 1467, l’évêque Walter Supersaxo reprit ses droits en Anniviers et fit administrer la vallée par un châtelain et un vice-châtelain. A cette occasion, il fit rehausser la tour à sa hauteur actuelle. Elle fut le centre administratif de la vallée jusqu’à la fin de l’Ancien Régime en 1798. Le premier châtelain fut Georges Supersaxo, fils de Walter. C’est lui 1 qui engagea en 1481 les retentissants procès de sorcellerie en Anniviers, au cours desquels une trentaine de personnes, hommes et femmes, dont les notaires Pierre de Torrenté et son fils Nycollin, furent condamnés au bûcher.

Dès 1798, la tour tomba aux mains de privés. La commune de Vissoie la racheta en 1975 et la fit restaurer entre 1982 et 1984.

La nouvelle commune d’Anniviers la transforma en centre culturel en 2011. Les trois premiers étages abritent des salles d’exposition et le quatrième une salle de spectacle d’une capacité d’environ soixante places. L’incendie, qui détruisit le quartier de la Tour en 1880, marqua la fin du Baillos, l’ancienne tour en bois. La seule partie qui résista au feu fut la cave, située encore actuellement à proximité de la Tour, au nord-est, sous le chemin qui conduit de la Tour dans la direction du nord-ouest. On y accède par un escalier dissimulé.

 

Prochain poste

Observez la dernière maison à droite de la place, au bord de la route Vissoie-Zinal.