A faire en été > Sport et loisirs > Sentiers didactiques > Parcours Historiques > Parcours historique de Vissoie > Poste 12. Maison de l’abbé Erasme Zufferey

Poste 12. Maison de l’abbé Erasme Zufferey

Cette maison fut construite en 1768 par le vicaire Savioz, vraisemblablement arrière-grand oncle de l’abbé Erasme Zufferey (1883 – 1931). Docteur en théologie, passionné d’histoire locale, Erasme Zufferey devint l’historien du val d’Anniviers. C’est ici qu’il termina la rédaction de son oeuvre : « Le Passé du Val d’Anniviers » en trois gros volumes.

   Plan du Parcours Historique de Vissoie

Il fallait bien un homme de grande culture et d’une opiniâtreté inconditionnelle pour éplucher et traduire,du latin en  français, tous les documents conservés à la chapelle du Château de Vissoie, et d’autres documents, appartenant à des privés ou aux bourgeoisies d’Anniviers. Cet immense travail, accompli avec obstination, dans des conditions souvent à la limite de l’endurance humaine, ne peut que laisser un sentiment de reconnaissance émue. La rédaction de son oeuvre, réalisée sur des cahiers d’école, se termina, vers 1930, dans le galetas de cette maison, sans chauffage.

Le 23 novembre 1931, l’abbé Erasme Zufferey trouva la mort sur le chemin qui conduit de la vallée de Tourtemagne au val d’Anniviers, par le col de Meiden. Il venait de séjourner à Ergisch où il avait remplacé le curé de la paroisse. Suite à une chute, il se brisa une jambe et mourut de froid. Quelques jours plus tard, son corps fut retrouvé sous une fine couche de neige. Sa tombe est au cimetière principal de Vissoie, près du grand mur de soutènement, à l’est.

La partie en maçonnerie de cette maison est plus ancienne. Sur la façade ouest, on peut admirer de magnifiques dessins anciens. Des dates y figurent : 1514, 1580 et 1592. Les dessins représentent des outils de forgeron destinés au ferrage du mulet et des objets qui auraient été fabriqués par l’artisan en personne. A leur gauche, il existe encore l’encadrement arrondi d’une porte du XVIe siècle, qui devait peut-être donner accès à une forge. Les dessins ont été remis en état en 1980 par le restaurateur d’art Nicolas Martin de Venthône. Les travaux ont été financés par l’ancienne commune de Vissoie et l’Etat du Valais.

 

Prochain poste

Poursuivez le long du chemin et prenez la rue qui descend à votre gauche. Continuez sur 20 mètres environ.