A faire en été > Sport et loisirs > Sentiers didactiques > Parcours Historiques > Parcours historique de Saint-Jean > Poste 16. Maison d'Albert et Cécile

Poste 16. Maison d'Albert et Cécile

Quand il y a du soleil, Cécile s’installe sur son balcon et c’est la seule dame de son âge qui a gardé son joli chignon blanc. Quand Albert était encore là, eh bien, ils s’asseyaient chaque après-midi tous les deux sur le balcon et entamaient un brin de causette avec les passants. Mais écoutons-les nous raconter le jour de leur mariage.

Plan du Parcours Historique de St-Jean

La famille d’Albert vivait au premier étage de la maison. Cécile, qui était de Pinsec, avait été engagée comme servante chez Jeanne, la tisserande. Mais c’est à Noës qu’ils se rencontrent et, en 1948, ils se marient. Le costume de la mariée est fait par la couturière de Vissoie.

Le jour du mariage, ils ont fait la fête à la Maison bourgeoisiale. Il y avait de la viande séchée, de la raclette et du gâteau. Directement après le repas de noces, Albert est allé passer le chasse-neige sur la route entre Loèche et Loèche-les-Bains, tandis que Cécile accompagnait le grand-père Symphorien (son beau-père, un très gentil homme) à Nava pour gouverner les vaches.

Les activités agricoles s’enchaînent pour Cécile: vignes, vaches, jardins, le fumier transporté dans la hotte. «Avant, on n’avait pas de temps à nous, mais on veillait, on jouait aux cartes, même si on était fatigué et qu’on devait se lever tôt. Quelquefois, on était tellement nombreux qu’on n’avait que trois cartes chacun, c’était vite fait. (... )

On mettait 5 heures de Saint-Jean à Noës. Non, on n’était pas fatigué, on avait l’habitude. Les femmes tricotaient en marchant. Et puis, on ramassait des branches. On avait toujours quelque chose à porter quand on venait des mayens : de la litière, du bois, etc... »

 

Prochain poste

Aventurons-nous entre les derniers bâtiments de Saint-Jean d’en-haut, à droite et à gauche de la route.