Poste 2. Grange-écurie

Cette grange-écurie était utilisée autrefois pour abriter des vaches ou des chèvres. La partie supérieure servait pour entreposer le foin nécessaire aux bêtes.

Plan du Parcours Historique de Mayoux

Observez le système d’assemblage des poutres qui ont été équarries à la hache et le trou par lequel on sortait le fumier. Autrefois, les granges-écuries étaient nombreuses et éparpillées dans toute la vallée.

Les écuries, dont les plus grandes avaient une surface de 25 m 2, permettaient aux paysans de la vallée (80% de la population) d’y garder, au maximum, six vaches, une génisse, un génisson, un veau et deux ou trois chèvres. Les granges pouvaient contenir environ 50-80 m 3 de foin. Une grange-écurie pouvait avoir quatre propriétaires, qui étaient donc obligés, en plein hiver, de déménager le bétail tous les huit jours. Il était inutile de construire de plus grandes  ranges-écuries, à cause du morcellement des propriétés.

Aujourd’hui, la loi sur la protection des animaux n’autorise plus leur utilisation. Des étables plus grandes, pouvant contenir entre quinze et quarante vaches, ont été construites.

Dans les années 1950, les vaches les plus lourdes pesaient 500 kg, tandis qu’aujourd’hui elles pèsent 800 kg. Elles ne pourraient même plus entrer dans les petites écuries d’antan.

Autrefois, on trayait les vaches presque toute l’année. La vache nourrissait la famille, tandis qu’aujourd’hui, c’est l’homme qui nourrit la vache. Elle a un rôle écologique et touristique, parce qu’en broutant l’herbe des mayens et des alpages, elle contribue à leur entretien. Les combats de reines, organisés dans tout le canton et à la montagne, attirent de nombreux spectateurs.

Un article de presse sur la race d’Hérens expliquait les raisons d’être propriétaire : 70 % pour la beauté de la race, 65 % pour l’entretien du territoire/patrimoine, 48 % pour la tradition familiale, 25 % pour la beauté des combats, 24 % par fierté de posséder une possible reine, 9 % pour des raisons économiques et 8 % pour la vie associative.

 

Prochain poste

Poursuivez le long de cette route sur environ 300 m, jusqu’à l’étable privée.