Poste 11. Four banal

Le four servait aux habitants du village pour cuire, quatre à cinq fois par année, les pains de seigle nécessaires pour plusieurs mois. Le terme «banal» au Moyen Age indiquait les biens appartenant à un seigneur, dont les paysans se servaient en échange d’une redevance. Puis, le four, comme les moulins, devint la propriété d’une commune, d’une bourgeoisie ou d’une société de village.

Plan du Parcours Historique de Mission

Ce bâtiment, qui date des années 1909–1910, appartient à la Société du village qui le fait encore fonctionner, une fois par année. A l’étage du bâtiment se trouve la salle où se réunissent les membres de la société pour leur assemblée annuelle, le samedi avant l’Ascension. La Société du village de Mission organise encore aujourd’hui la Fête-Dieu et la fête patronale, s’occupe de la chapelle et des oratoires, du four banal et de l’ancien parc à chèvres.

En 1890, l’ancien four occasionna des frais de réparation majeurs. Une liste des personnes qui participèrent aux coûts fut établie et soixante-quatre personnes reçurent, dès lors, le droit d’utiliser le four.

Le four banal fait partie du Chemin des nourritures. Le panneau explicatif sur place donne un aperçu de son utilisation autrefois.

 

Prochain poste

Suivez la route jusqu’au carrefour et observez le bâtiment situé un peu plus haut à droite.