A faire en été > Sport et loisirs > Nature > Sentiers didactiques > Parcours Historiques > Parcours historique d'Ayer > Poste 8. Eglise paroissiale Sainte-Anne

Poste 8. Eglise paroissiale Sainte-Anne

L’église d’Ayer, consacrée en 1920, est dédiée à sainte Anne, patronne du village. La paroisse d’Ayer, avec Zinal, fut fondée dix ans plus tard, en 1930. Le bâtiment de la cure, construit à la fin du XIXe siècle, est plus ancien que l’église elle-même.

   Plan du Parcours Historique d'Ayer

 

L’histoire de l’église débuta en 1915, quand les habitants d’Ayer fondèrent une association en vue de sa construction et de la création d’un rectorat. La volonté de se séparer de la paroisse de Vissoie fut critiquée par une partie de la population, qui jugea cette entreprise démesurée, surtout avec la guerre aux portes de la Confédération. Finalement, l’église vit le jour, après de nombreux déboires financier qui forcèrent les initiateurs à recourir à une loterie pour assurer la fin des travaux.

L’église fut construite par « corvées » des habitants, qui travaillèrent gratuitement le samedi et le dimanche, entre 1916 et 1920.

Du point de vue architectural, l’église d’Ayer présente une relative sobriété. Comme de nombreuses autres églises valaisannes, réalisées à la même époque par le cabinet d’architecture Kalbermatten, elle est marquée par des inspirations du « style national suisse » (Heimatstil).

Le peintre florentin Alfredo Cini (1887 – 1970) a peint plusieurs fresques à l’extérieur et à l’intérieur de l’église (arc du choeur), en 1949. Les sculptures du choeur sont l’oeuvre d’un artiste allemand, alors établi à Ayer : Hubert Bernhard.

 

Avant de vous rendre au prochain poste, observez le cimetière.

 

Les tombes sont en grande partie identiques, un moyen de montrer que les êtres humains sont égaux face à la mort.

Autrefois, la veillée funèbre et le repas d’enterrement étaient très importants pour le repos de l’âme du défunt. Dès le mariage, on mettait de côté du vin et du fromage pour son enterrement.

Dans l’imagination populaire, nombreuses sont les histoires de revenants en lien avec les cimetières. On raconte qu’une nuit par année, « la nuit des quatre temps », les âmes des morts partent en procession jusqu’au glacier où elles séjournent un moment, avant de réinvestir le lieu où elles vivaient avant leur mort.

Une plaque, dédiée à l’alpiniste allemand Georg Winkler, a été posée à proximité de l’église, après que ses restes furent retrouvés par des alpinistes, au pied du glacier du Weisshorn, en 1956. Il avait disparu en 1888, à l’âge de 19 ans, alors qu’il avait tenté de gravir seul le Weisshorn.

 

Prochain poste

Suivez le chemin côté cimetière, jusqu’à la route cantonale. Longez la route en direction de Vissoie, jusqu’au four banal.