A faire en été > Sport et loisirs > Nature > Sentiers didactiques > Parcours Historiques > Parcours historique de Vissoie > Poste 1. Chapelle Notre-Dame-de-Compassion

Poste 1. Chapelle Notre-Dame-de-Compassion

La chapelle Notre-Dame-de-Compassion, appelée communément « chapelle du Château », fut construite en 1688 sur la colline « de la Crête » où se trouvait autrefois la demeure des seigneurs d’Anniviers. Inoccupé depuis le XIVe siècle, le château tomba en ruine au cours du temps.

   Plan du Parcours Historique de Vissoie

Une légende raconte qu’un escalier souterrain conduisait du château jusqu’à la rivière Navisence. Plusieurs contes et légendes en font mention, comme par exemple la légende de J. du Prilet. 

Lors de la restauration de la chapelle, en 1968, une salle du château fut découverte en-dessous. Actuellement, tout autour de la colline, les ruines des murs de base de l’ancien édifice sont encore visibles.

A l’intérieur, le maître-autel, dédié à Notre-Dame des Sept Douleurs, tenant dans ses bras son fils Jésus, descendu de la croix, date de 1692, d’après une inscription au dos de l’autel. L’autel latéral de droite, dédié à Notre-Dame Immaculée, comporte :

  • au sommet, au milieu, une statue de saint Antoine Ermite
  • en-dessous, au milieu, la Vierge et l’Enfant
  • à droite, saint Barthélémy avec son couteau

L’autel latéral de gauche, dédié à saint Bernard de Menthon, a été vendu à la paroisse d’Ausserberg (Haut-Valais), en 1959, afin de récolter des fonds pour transformer la chapelle en « maison des jeunes et de spectacles ». Il a été remplacé par une magnifique « Pieta » du début du XVIIIe siècle, qui fait partie, aujourd’hui, de l’autel Notre-Dame Immaculée, à droite.

L’autel a été racheté en 2012 et ramené en grande pompe, le 27 janvier 2013, à son lieu d’origine. Après restauration, en 2013, il a retrouvé définitivement sa place dans la chapelle du Château. Deux tableaux, datant du XVIIe, décorent les murs latéraux. L’un représente saint Michel Archange (1647) ; l’autre la Vierge et l’Enfant couronnant saint Georges, saint Antoine Ermite et sainte Euphémie, patronne de la Paroisse. La cloche de la chapelle servait autrefois, entre autre, à annoncer les baptêmes et les décès dans le village.

Pour les garçons, respectivement les hommes, on sonnait trois fois trois coups de cloche et pour les filles, respectivement les femmes, deux fois trois coups.

Jadis, dans la cave située au nord sous la chapelle, était conservé le vin que la paroisse offrait aux participants à la Fête-Dieu, réunis l’après-midi, avant les vêpres. A cette occasion, des discours de circonstance étaient prononcés par les autorités religieuses et civiles, tandis que les fifres et tambours et la fanfare égayaient la fête.

 

Prochain poste

Descendez et prenez le chemin qui contourne la colline à gauche, jusqu’à la Grotte de Lourdes.