A faire en été > Sport et loisirs > Nature > Sentiers didactiques > Parcours Historiques > Parcours historique de Vissoie > Poste 18. Ancien Hôtel d’Anniviers

Poste 18. Ancien Hôtel d’Anniviers

De l’ancien Hôtel d’Anniviers, il ne reste plus aucun vestige. En effet, il a été complètement démoli en 1986 et remplacé par un établissement moderne de trois étoiles qui, dès le milieu des années 2000, a été converti en appartements.

   Plan du Parcours Historique de Vissoie


Malgré sa disparition, on ne peut passer outre, sans évoquer ce qui fut, en son temps, le fleuron du tourisme de Vissoie et, par répercussion, du val d’Anniviers.

On sait que, dès 1859, l’hôtellerie prit naissance en Anniviers, tout d’abord à Zinal, puis à Saint-Luc, Chandolin et Grimentz. En 1863, Vissoie était le seul village de la vallée relié à la plaine par une modeste route carrossable sur laquelle circulaient des mulets attelés aux chars. Sa prédestination en faveur du tourisme était toute indiquée ; de là, la clientèle étrangère pouvait rayonner dans toute la vallée, à dos de mulet ou en chaise à porteurs.

C’est entre 1876 – 1878 que l’Hôtel d’Anniviers fut construit par la société « Hôtels de Vissoie » ayant comme actionnaires : Seiler, de Sépibus et Tabin. Dès son ouverture, il prit le nom d’Hôtel d’Anniviers. Il était classé : « Maison de 1er ordre ». Au début, il fut exploité par les frères Tabin : Antoine (1864 – 1933), Benjamin (1868 – 1932) et Daniel (1869 – 1930). Puis, plus tard et durant près d’un demi-siècle, par les époux Ludwig Jossen et Albertine, née Blatter de Mörel (Haut-Valais). Ludwig décéda en 1928 et, dès lors, son épouse s’occupa seule de l’établissement.

 Selon les témoignages oraux recueillis, l’hôtel marchait fort bien, grâce à une clientèle anglaise et allemande, en particulier. On vivait l’âge d’or du tourisme. Puis, lorsque la Première et la Seconde Guerres mondiales éclatèrent, le taux de clientèle baissa à chaque fois. Après ces événements, à plusieurs reprises, l’hôtel fut rénové et adapté à son temps. Toutefois, en 1985, les derniers propriétaires, Lindo et Raymonde Rossi-Florey, arrivés à l’âge de la retraite, après trente et un ans d’activité menée avec succès, mirent un terme à l’exploitation de leur établissement.

Il fut vendu à une société immobilière qui, en lieu et place, construisit un hôtel trois étoiles. Cette année-là, une page de l’histoire touristique de Vissoie se tournait. Le témoin d’un passé révolu disparaissait définitivement, faisant place à des visions d’avenir mieux adaptées aux attentes de la clientèle du XXIe siècle.