Un peu d'histoire

Les habitants de Grimentz, comme la plupart des Anniviards, vivaient une partie de l’année en plaine.

   Plan du Parcours Historique de Grimentz

Au XIe siècle, « Grimiens » (ancien nom de Grimentz) appartient aux seigneurs de Granges puis à l’évêque Aymon de Savoie. Au XIIIe siècle, Grimentz commence à former une communauté et au XIVe siècle apparaît comme l’un des quatre Quartiers du val d’Anniviers, avec Vissoie, Saint- Luc (autrefois nommé Luc) et Ayer.

Au fil des ans, la communauté se fortifie et s’enrichit. La Bourgeoisie peut ainsi construire sa propre maison, acquérir des vignes dans la région sierroise, des pâturages et des moulins. Les habitants de Grimentz, comme la plupart des Anniviards, vivent une partie de l’année en plaine. Ils se déplacent à pied, avec des mulets pour transporter leurs affaires. C’était l’époque de la transhumance qui a duré jusque dans les années 1950.

Vers la fin du XIXe siècle, une route entre Sierre et Vissoie est construite. Ce n’est pourtant qu’au tout début du XXe siècle que la liaison avec Grimentz s’achève. Un demi-siècle plus tard, la route Vissoie-Grimentz est goudronnée, essentiellement pour les besoins de la construction du barrage de Moiry.

Le tourisme se développe particulièrement dans les années 1960 – 1970, même si le tourisme d’été avait commencé bien plus tôt, comme l’atteste la construction des premiers hôtels, actuellement Alamarenda et Moiry, en 1897 et 1925. Le comité de la Société de développement, fondée en 1930, projette alors l’ouverture d’un bureau dont les  tâches seraient la prise de réservations pour les chalets et les chambres d’hôtels, les inscriptions aux cours de ski, mais aussi l’organisation d’excursions et un service de change. L’Office du tourisme est inauguré en 1969. La Bourgeoisie vote, quelques mois plus tard, un crédit de 200 000 francs en faveurs des remontées mécaniques. Grimentz développe alors toute son infrastructure touristique.