Zomer activiteiten > Sport en vrijetijd > Natuur > De didactische wandelroutes > Historische parcoursen > Parcours historique de Saint-Jean > Poste 11. Vue sur les étables actuelles

Poste 11. Vue sur les étables actuelles

Communautaire ou privée, l’étable est un lieu qui attire, irrésistiblement. C’est un foyer chaud au cœur de l’hiver. Au-dessus de nous, celle, privée de Raphy Z., construite en 2007. Au-dessous, l’étable communautaire de Saint-Jean, construite en 1976. Un symbole de plus du lien et de l’esprit solidaire du village.

Plan du Parcours Historique de St-Jean

Suite à l’abandon de la paysannerie locale des années 1960, une bande de copains décide de faire quelque chose. En 1975 – 1976, Ils sont une vingtaine à donner des heures de travail pour construire une étable communautaire, aidés par des subsides et un crédit de la Confédération. Ils s’engagent à tenir l’étable avec un vacher pendant vingt ans. Les vaches ont été attachées à l’étable communautaire pour la première fois en 1977.

Les habitants sont intarissables d’anecdotes au sujet des vaches. Ecoutons René Z.: «Qu’est-ce que ça rapporte d’avoir des vaches à l’étable? Si on compte tout, il ne reste rien et si on ne compte rien, il reste tout.

On a attaché les vaches pour la première fois à l’étable communautaire en 1977. 1976 a été une année de grande sécheresse. C’est une catastrophe pour les paysans du pays de Vaud qui gardent leur bétail toute l’année au village. Ils n’avaient plus d’herbe pour leurs bêtes tellement c’était sec. Ils étaient prêts à tout liquider. Nous, en Valais, on avait de l’eau.

Ils ont téléphoné au Service de l’agriculture en Valais pour savoir s’il n’y avait pas de l’herbe à brouter. (...) C’est ainsi que deux familles vaudoises sont venues dans l’étable toute neuve avec leur bétail, pendant que les vaches d’ici étaient à l’alpage. (...) Depuis est née une belle amitié et, chaque année, ils reviennent pour le match de reines. »

 

Prochain poste

Avant de rejoindre Saint-Jean d’en-haut, séparé de Saint-Jean du-milieu par le torrent, nos amis nous montrent, à gauche d’une grande croix de bois, une ruine envahie d’arbustes.