Zomer activiteiten > Sport en vrijetijd > Natuur > De didactische wandelroutes > Historische parcoursen > Parcours historique de Mottec > Mottec- Poste 4. Ancien café Edelweiss

Mottec- Poste 4. Ancien café Edelweiss

Le Café Edelweiss fut repris en 1936 par Marie et Henri Monnet, qui passaient l’été à Mottec avec leurs sept enfants (4 filles et 3 garçons). Le bâtiment, dont une poutre du plafond porte la date de 1868, fut modifié (voir photo du poste précédent) pour abriter un café, probablement dans les années 1920. On ajouta notamment la véranda.

Plan du Parcours Historique de Mottec

Marie-Hélène Monnet Rouffaer, sixième enfant des propriétaires, est née au café, en août 1936 : « Mon père était parti chercher la sage-femme à Mission, mais le temps qu’ils arrivent, ma mère avait déjà accouché toute seule. Puis, mon père m’a déposée dans une caisse en bois à «macaroni», à l’intérieur de la chapelle Sainte- Claire, afin que mes frères et sœurs m’y découvrent et croient que j’étais un cadeau du Bon Dieu. »

Au café, on pouvait acheter des produits de première nécessité: lait, pain, fromage. Le chocolat était précieusement mis sous clé, car réservé aux touristes.

Le café abritait aussi le dépôt postal et vendait des cartes postales. Il arrivait que les frères Monnet montent jusqu’à la Cabane du Petit Mountet pour délivrer des messages à des alpinistes y séjournant. Le café possédait le seul téléphone du village.

Marie Monnet avait aménagé et décoré avec goût une véranda en face du café : « la Gloriette ». La véranda, entourée de fleurs, avec de jolis fauteuils en rotin, accueillait les clients des hôtels de Zinal qui se promenaient régulièrement jusqu’à Mottec, le long de la rivière. On leur servait le vin, tiré directement des tonneaux à la cave, et des desserts à base de fruits des bois dont la cueillette incombait aux enfants.

En 1954–1959, lors des travaux de construction de la centrale hydroélectrique, on y vendait des journaux en plusieurs langues. De nombreux ouvriers, en grande partie italiens, logeaient à Mottec et à Barneuza. Les habitants se souviennent de bagarres mémorables entre locaux et Italiens, ces derniers étant accusés de fréquenter les filles du village. La plupart des ouvriers venaient de Sicile et de Calabre et étaient analphabètes. Martine, une des sœurs Monnet, s’étant fiancée avec Adriano, un ouvrier du nord de l’Italie, et ayant appris l’italien, lisait et écrivait le courrier des ouvriers.

Au café, lieu de vie du village, se croisaient des Anniviards, des touristes et des alpinistes se rendant à Zinal avec leurs affaires sur le dos des mulets.

A la fin des années 1950, Marie et Henri Monnet ont construit l’Auberge Edelweiss, qui a été exploitée jusqu’en 1980, au bord de la nouvelle route pour Zinal. Depuis 2007, l’auberge a été transformée par ses nouveaux propriétaires en chalet d’hôtes, destiné à une clientèle britannique.

 

Prochain poste

Revenez vers la chapelle Sainte-Claire et suivez la route en terre qui monte en face. Le mayen du Prabé se trouve à gauche, après le deuxième contour. En hiver, les raquettes sont conseillées, en fonction des conditions d’enneigement. Vous pouvez aussi suivre la route cantonale pour vous rendre au dernier poste, la chapelle Saint-Laurent.