Un peu d'histoire

Jusqu’en 1798, il existait en Anniviers un système de communautés paysannes dont certaines étaient liées au niveau politique. La vallée fut divisée en quatre Quartiers, dont celui d’Ayer, formé d’Ayer et Mission. En 1798, lors de la Révolution française, les Quartiers furent remplacés par des Tiers et celui d’Ayer incorpora Combaz

Plan du Parcours Historique de Mission

Jusqu’en 1798, il existait en Anniviers un système de communautés paysannes dont certaines étaient liées au niveau politique. La vallée fut divisée en quatre Quartiers, dont celui d’Ayer, formé d’Ayer et Mission. En 1798, lors de la Révolution française, les Quartiers furent remplacés par des Tiers et celui d’Ayer incorpora Combaz.

Un événement a particulièrement marqué les mémoires et constitue, encore aujourd’hui, l’événement majeur de l’histoire de Mission. Le souvenir de cette catastrophe s’est transmis de génération en génération. Le 23 juillet 1838, une maison prit feu et l’incendie, aidée par la sécheresse estivale, se propagea très rapidement. Même la pompe de Saint-Luc, la seule de la vallée, ne fut pas d’un grand secours. En deux heures tout le village, excepté une maison, disparut dans les flammes. Deux personnes y laissèrent la vie. La perte totale causée par l’incendie fut évaluée à Fr. 510 000.–

Par chance, une grande partie du bétail était à l’alpage au moment du sinistre. Le récit de l’incendie transmis par l’ouvrage d’Erasme Zufferey a été retenu comme la source la plus fiable. Dans le registre des baptêmes, Jean-Baptiste Rouaz, curé de Vissoie, a relaté cet épisode dramatique (extrait du récit en annexe).

Lors de l’incendie, le village comptait cent habitants. Dans les années 1840, après avoir reconstruit les maisons, ils rebâtirent en collectivité la chapelle, la Maison bourgeoisiale, le four banal avec la maison du village.